Comparaison et retours d’expériences au niveau international des pratiques concrètes d’approvisionnement des démonstrateurs et unités commerciales de biocarburants de deuxième génération et de bioraffineries de biomasse lignocellulosique

L’étude réalisé pour le compte de l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie en France (ADEME) a conduit des entretiens avec 15 projets pour identifier les ressources biomasse utilisé dans les unités de production de biocarburants de deuxième génération. L’étude fournit une analyse des stratégies d’approvisionnement et examine les questions de durabilité prises en compte dans les approvisionnements.

  • Herausgeber: Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME)
  • Jahr: 2017
  • Seitenzahl: 69
  • Link zum Dokument
  • Hits: 98
Comparaison et retours d’expériences au niveau international des pratiques concrètes d’approvisionnement des démonstrateurs et unités commerciales de biocarburants de deuxième génération et de bioraffineries de biomasse lignocellulosique

La production de biocarburant de première génération (colza, maïs, betterave) est questionnée, notamment pour la concurrence avec l’alimentation. La production de biocarburant de deuxième génération à partir de la biomasse lignocellulosique sont actuellement moins matures que ceux de première génération. L’étude formule des recommandations pour faire passer les biocarburants de deuxième génération à une échelle commerciale. Les recommandations concernent la mise en place de systèmes d’information et de plateformes d’échange. D’autres recommandations se concentrent sur des critères de durabilité contraignants mais adaptés à tous les contextes ainsi que sur des indicateurs spécifiques de suivi de la qualité des sols. De plus l’étude recommande d’étudier les freins au développement des technologies moins matures et les leviers pour augmenter la compétitive des carburants de deuxième génération. Afin de favoriser le développement des biocarburants de deuxième génération, il est nécessaire d’offrir aux acteurs de la filière une visibilité de long terme sur le marché et une stabilité réglementaire à moyen et long terme. L’absence de projection réglementaire au-delà de 2020 est un risque pour les opérateurs et investisseurs.


Zum Seitenanfang
Letzte Änderung 03.12.2018